Œufs contaminés: le scandale s’étend à Hong Kong

oeuf

La Suisse et Hong Kong se sont ajoutés à la liste des quinze pays de l’Union européenne déjà touchés par le scandale des oeufs contaminés.

Le scandale, apparu au grand jour la semaine dernière avec le retrait de millions d’oeufs des supermarchés néerlandais et allemands, couvait en fait depuis plusieurs mois.

Origines du scandale

La Belgique est le premièr pays à avoir avertir l’Union européenne, le 20 juillet, suivie par les Pays-Bas et l’Allemagne. Officiellement alertée début juin par un exploitant, l’agence sanitaire belge a établi un lien avec une firme néerlandaise, qui a reconditionné un produit supposé naturel pour désinfecter les poulaillers.

Selon les médias belges et néerlandais, cette société, ChickFriend, a acheté son désinfectant à une autre entreprise dans le nord de la Belgique, Poultry-Vision.

Le 1er août, La Haye annonce qu’une substance toxique, le fipronil, a été détectée dans des centaines de milliers d’oeufs et que des dizaines d’élevages de volaille sont bloqués.

Les Pays-Bas ont finalement reconnu jeudi avoir été alertés de la présence de fipronil dans un élevage de poules dès novembre 2016.

Des oeufs contaminés trouvés à Hong Kong

Premier pays d’Asie concerné, Hong Kong “a indiqué avoir trouvé des oeufs” néerlandais contaminés, a précisé l’exécutif européen.

La ministre de la Santé de Hong Kong, Sophia Chan, a déclaré samedi que les autorités locales renforçaient leurs contrôles. “Le Centre pour la sécurité alimentaire inspecte maintenant de près les oeufs venant d’Europe, que ce soit au niveau de l’importation ou au niveau de la vente de détail”, a déclaré Mme Chan.

Le CFS a indiqué vendredi qu’il avait trouvé à deux reprises des oeufs néerlandais qui excédaient les limites admises à Hong Kong pour le fipronil.

Une note du CFS dévoile que des teneurs en fipronil de 0,064 mg/kg et 0,055 mg/kg ont été constatées dans ces deux échantillons d’œufs. La législation locale prévoit une limite maximale de résidus pour cette substance de 0,02 mg/kg.

En Europe, la limite maximale de résidus (LMR) pour le fipronil est fixée à 0,005 mg/kg (soit quatre fois moins qu’à Hong Kong) et le seuil de sécurité est de 0,72 mg/kg.

Quels sont les risques ?

Les oeufs contaminés présentent a priori des risques limités pour la santé, puisque les doses de fipronil potentiellement ingérées restent largement en-deçà des quantités considérées comme nocives.

“La quantité maximale d’oeufs (contaminés) pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour” pour un adulte, “sans s’exposer à un risque aigu”, a estimé l’Agence de sécurité de l’alimentation (Anses) en France.

Le fipronil est couramment utilisé contre les poux et tiques sur les animaux domestiques, mais interdit dans la chaîne alimentaire. A haute dose, il peut provoquer des troubles neurologiques et des vomissements.