Le deuxième homme le plus riche de Hong Kong, Lee Shau Kee, 91 ans, vient d’annoncer qu’il se retire de la présidence de son groupe Henderson Land Development.

Lee Shau Kee appartient à cette génération de tycoons qui ont bâti leur fortune au XXème siècle en accompagnant l’extraordinaire essor de l’ex-colonie britannique.

C’est l’immobilier (rien de nouveau sous le soleil) qui a permis à Lee Shau Kee de se hisser au deuxième rang des fortunes hongkongaises, totalisant 30 milliards de dollars.

Lee Shau Kee transmet les rênes du groupe à ses fils Peter et Martin Lee, qui vont devenir co-PDG. Le patriarche demeurera toutefois directeur exécutif.

Qui est Lee Shau Kee ?

Lee Shau Kee est souvent présenté comme un “self-made man”, né à Canton et débarqué à Hong Kong après la Seconde Guerre mondiale, avec quelques yuans en poche.

L’histoire est plus subtile : on ne peut certes pas lui retirer son côté entrepreneur de génie, mais les choses sont toujours plus simples avec un père banquier plein aux as.

Fung King-hey, Kwok Tak-seng et Lee Shau Kee
Fung King-hey, Kwok Tak-seng et Lee Shau Kee @ Henderson Land Development Co.

Dans les interviews, il évoque souvent les années 60 comme le “bon vieux temps”, car c’est à cette époque qu’il a cofondé le promoteur immobilier Sun Hung Kai avec Kwok Tak Seng and Fung King Hey (ensemble, ils seront surnommés “les trois mousquetaires”).

Fort de son succès, il lancera en 1976 Henderson Land Development. C’est aujourd’hui le troisième plus grand promoteur immobilier de Hong Kong par capitalisation.

Henderson Land Development

Henderson Land Development est présent dans de nombreux secteurs d’activité, mais son cœur de métier est le développement de projets dans l’immobilier.

IFC Hong Kong brouillard
L’IFC dans le brouillard @ PHILIPPE LOPEZ/AFP/Getty Images

Henderson fait notamment partie de la coentreprise qui a bâti et est propriétaire de l’International Finance Centre (IFC), un projet immobilier qui compte notamment le deuxième plus haute tour de Hong Kong (415 mètres).

Parmi la centaine d’immeubles résidentiels construits par Henderson Land Development, figure également 39 Conduit Road, un projet controversé situé dans les mid-levels.

En octobre 2009, le promoteur a, en effet, déclaré avoir vendu pour 439 millions de dollars hongkongais un duplex au “68e étage” de l’immeuble… qui n’en compte que 46.

chambre 39 Conduit Road Hong Kong
Une chambre de bonne au 39 Conduit Road, Hong Kong @ Steve Leung

A l’époque, cette transaction a occasionné moult débats sur les règles de sécurité qui encadrent la numérotation des étages à Hong Kong – une numérotation confuse empêchant notamment une intervention rapide des secours en cas de besoin.

Les papys font de la résistance

Lee Shau Kee emboîte ainsi le pas à toutes une génération de milliardaires hongkongais ayant récemment pris leur retraite. Tous ont en commun de s’être accrochés à leurs sièges au-delà de 90 ans, au grand désespoir de leurs enfants.

Et pour cause, Hong Kong considère comme des héros cette génération de milliardaires, symboles vivants de l’essor et du rayonnement de la ville.

L’homme le plus riche de Hong Kong, Li Ka-shing, 90 ans, n’a pris sa retraite que l’an passé, et encore, c’etait pour mieux se consacrer a son musée d’art bouddhique.

Tête de bouddha dynastie Ming
Li Ka-shing présente une tête de bouddha achetée au Ladies’ Market

Quant à Stanley Ho, le magnat des casinos, il a beau avoir été victime d’un AVC en 2009, il n’a cédé la direction de son groupe qu’en 2018, à l’âge de 96 ans.

Selon une enquête récemment publiée par Wealth-X, New York est la seule ville au monde comptant davantage de milliardaires que Hong Kong, soit 105 contre 87.