Macao exporte ses casinos au Japon

Lawrence Ho

Lawrence Ho, fils de la légende des casinos macanais Stanley Ho, lorgne du côté du Japon pour poursuivre l’expansion internationale de son empire des jeux d’argent.

Son père est l’artisan du spectaculaire essor de l’ancienne colonie portugaise qui, alors qu’elle était une grosse bourgade endormie il y a quelques décennies, est devenue la capitale mondiale du jeu, avec un chiffre d’affaires dépassant celui de Las Vegas.

A la tête du géant Melco International, Lawrence Ho voit bien au-delà des frontières de Macao, seul territoire de Chine où les jeux d’argent sont autorisés.

Le Japon autorise les casinos pour attirer les touristes

Après s’être implanté aux Philippines et en Russie, le quadragénaire veut s’attaquer au Japon, où les casinos ont été légalisés en décembre par le Parlement.

Le pari a ses adeptes au Japon, où l’on joue sur les chevaux, les bateaux ou encore dans les salons de “pachinko”, cet appareil au croisement du flipper et de la machine à sous.

pachinko japon

L’opposition japonaise a, elle, tenté de faire barrage à la loi légalisant les casinos, en affirmant qu’elle ferait le jeu de la pègre et augmenterait le risque de dépendance, comme le souligne cet article du figaro.fr.

Le gouvernement de droite du Premier ministre Shinzo Abe défendait au contraire l’idée que le texte contribuerait à doper le tourisme.

Melco mise sur la clientèle de masse

Confrontés à la campagne anti-corruption lancée en 2014, les casinotiers ont été contraint de miser sur la clientèle de masse, ouvrant de gigantesques complexes qui proposent toute une gamme d’activités, afin de compenser la perte des revenus de l’élite.

Martin Scorsese Leonardo DiCaprio Robert De Niro Macao

Le groupe Melco, dont la capitalisation boursière est de 4,36 milliards de dollars, a ainsi lancé en grande pompe en octobre 2015, en présence de Leonardo DiCaprio, Martin Scorsese et Robert De Niro, Studio City, un hôtel-casino géant revendiquant la plus imposante grande roue d’Asie et un simulateur de vol inspiré de Batman.

Il trône aujourd’hui à quelques centaines de mètres de la réplique de la Tour Eiffel de son concurrent The Parisian, et des gondoles et canaux du Venetian.

Stanley Ho, l’ex roi des casinos

Aujourd’hui âgé de 95 ans, Stanley Ho a bâti sa fortune en obtenant le monopole de l’exploitation des casinos de Macao de 1962 jusqu’en 2002.

Stanley Ho jeune

“Mon père a été très chanceux d’avoir le monopole pendant 40 ans. Mais le gouvernement de Macao a décidé d’ouvrir à la concurrence. C’était la bonne décision”, a confie à l’AFP l’homme d’affaires dont la fortune est estimée par Forbes à 2,6 milliards de dollars.

Pour Lawrence Ho, Macao a vocation à demeurer la base arrière du groupe, quelle que soit son expansion internationale.

“Macao demeurera le meilleur marché au monde pour les complexes de jeu intégrés car c’est la porte d’entrée sur la Chine”, assure-t-il.