Kenneth Roth interdit d’entrée à Hong Kong

Human Rights Watch Kenneth Roth

Le directeur de Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, a annoncé dimanche 12 janvier que les autorités de Hong Kong lui avaient interdit l’entrée sur le territoire.

Il devait y présenter le rapport annuel de l’ONG de défense des droits de l’Homme après des mois de manifestations en faveur de la démocratie.

Refoulé dès l’aéroport…

Le directeur de HRW, dont le siège est à New York, a indiqué dans une vidéo sur Twitter qu’il avait été bloqué dès son arrivée à l’aéroport de Hong Kong. Les autorités ont invoqué des raisons liées à l’immigration, sans donner plus d’explications.

La Chine avait annoncé début décembre des sanctions – sans en préciser la nature – contre les ONG américaines, dont HRW, en représailles après le vote par le Congrès américain d’une loi soutenant les manifestants favorables à la démocratie à Hong Kong.

La Chine veut punir Human Rights Watch

«C’est le droit souverain de la Chine d’autoriser ou pas l’entrée d’une personne sur son territoire», a déclaré lundi lors d’un point presse régulier Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

“D’innombrables faits et preuves démontrent que cette ONG, par divers moyens, soutient des individus coupables d’actions anti-Chine et semant le désordre à Hong Kong.”

“Elle porte une lourde responsabilité dans la situation chaotique où se trouve Hong Kong. Ce type d’organisations méritent d’être sanctionnées. Elles doivent en payer le prix.”

Le projet de loi est annulé mais rien n’est réglé

Le mouvement actuel de contestation est né d’un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale.

L’exécutif local favorable à Pékin a renoncé à ce projet, mais les manifestants ont élargi leurs revendications à des élections libres et plus de démocratie.