douce divry eposition photo
Jump @ Douce d'Ivry

Douce d’Ivry est une photographe française qui a commencé sa carrière dans la musique et la production vidéo. Elle est installée à Hong Kong depuis 2016.

Douce expose actuellement au Château Zoobeetle (concept store situé à Sheung Wan) une série de photos de rues, vibrantes, légères et très colorées, derrières lesquelles on devine l’influence des photographes Philippe Halsman et Jean Paul Goude.

L’exposition dure jusqu’au 15 avril 2019, et, à cette occasion, Douce d’Ivry a répondu à nos questions concernant son métier de photographe à Hong Kong.

Vous aurez également l’occasion de la rencontrer tout au long du week-end puisqu’elle sera présente au Château Zoobeetle les 29 et 30 mars prochains [Facebook].

Quel genre de photographe êtes-vous ?

Je me spécialise dans les photos de mode et travaille régulièrement (en freelance) avec des marques françaises et hongkongaises. Il m’arrive aussi de faire des reportages pour des magazines ou d’organiser des séances pour des particuliers.

Pourquoi Hong Kong ?

Le hasard ! Après deux ans à Singapour, mon mari s’est fait muter à Hong Kong. J’ai quitté mon travail dans une boîte de production et nous nous sommes installés en avril 2016.

photo douce d ivry hongkongaises
@ Douce d’Ivry

J’ai profité de ce changement pour me lancer professionnellement dans la photographie, et tenter de vivre de ma passion. Je m’étais donné un ultimatum d’un an pour réussir. Cela fait aujourd’hui trois ans que je suis photographe à plein temps …

Quel est le theme de votre exposition ?

Cette exposition présente une sélection de 15 photos de mode capturées dans les rues et la “jungle hongkongaise”. Ce sont uniquement des projets personnels organisés avec l’aide d’équipes locales : mannequins, stylistes, makeup artistes et assistants.

Decrivez-nous votre travail

J’aime mettre en avant la rue et ses habitants, que ce soit dans mes photos de mode ou des scènes de vies plus spontanées. La couleur est essentielle pour moi et on peut retrouver dans de nombreuses photos une atmosphère pop et street.

Peut-on vivre de son métier de photographe à Hong Kong ?

Oui, mais il faut être patient ! Il faut au moins deux ans pour se faire un réseau solide et se faire connaitre. Le bouche-à-oreille marche très bien ici et plus généralement Instagram a été un outil essentiel pour me faire connaitre au-delà de la communauté française.

Quelle est la genèse de la photo officielle de l’exposition ?

Elle a été prise devant la Blue House (la maison bleue dans le quartier de Wan Chai).

Mon styliste avait une e-cigarette, j’ai voulu l’utiliser devant le mur bleu pour que la fumée ressemble un nuage dans le ciel bleu, d’où le titre Cloud Maker.

photo douce d ivry Could Maker
Could Maker – portrait @ Douce d’Ivry

J’avais repéré, en passant devant une food court, un petit tabouret en plastique, rouge vif. Arrivée devant la Blue House, j’ai demandé à mon assistant s’il pouvait aller le récupérer pour le rajouter à cette scène. C’est le petit détail qui complète la composition.

Enfin, la mannequin s’appelle Lotus. C’est une jeune prof de Guangzhou que je retrouve régulièrement pour différents shootings. On adore travailler ensemble.

Cette photo résume bien le thème de cette exposition : des mises en scène qui donnent une dimension plus aérienne et décalée de la rue.

Pourquoi l’argentique plutôt que le numérique ?

J’adore travailler avec à l’argentique car cela vous pousse à vous concentrer sur les bases de la photographie : lumière, composition et couleur. Avec le numérique il est très tentant de prendre un maximum de clichés et de se reposer sur la retouche.

C’est vraiment un bonheur de manipuler ces vieux appareils et de choisir ses pellicules, cela nous rapproche du métier d’artisan.

photo douce d ivry red district
Red district @ Douce d’Ivry

J’ai visité beaucoup de magasins spécialisés à Hong Kong, pour l’achat d’appareils d’occasion. Je recommande Zhao Xiang Guan Camera Workshop Studio Equipment à Tsim Sha Tsui. Demandez Sun, il est de très bon conseil !

Pour le développement, je conseille Showa F à Mong Kok, c’est une équipe jeune super sympa qui propose une grande variété de pellicules.

Quels sont les photographes que vous admirez ?

J’aime tellement de photographes : Philippe Halsman, Jean-Paul Goude, Ryan McGinley, Fred Herzog, Yoshihiko Ueda, Helmut Newton, Ren Hang, pour ne citer qu’eux.

Et sur instagram ? Jimmy Marble, Zhang JiaCheng et Jesse Herzog.

Pourquoi avoir choisi Chateau Zoobeetle pour votre première exposition ?

J’ai déjà shooté 3 campagnes pour Zoobeetle Paris, la marque de maroquinerie parisienne créée par les soeurs Elsa Lepeu et Johanna El Iman.

Elles possèdent Château Zoobeetle, un magnifique concept-store, où elles présentent leur collection de sac et organisent régulièrement des expositions. Nos univers s’entremêlent parfaitement et l’idée de faire une exposition là-bas s’est faite naturellement.

Chateau Zoobeetle concept store
Château Zoobeetle – 38 Sai Street, Sheung Wan

J’y serai présente tout le week-end, pour la Hong Kong Art Week, samedi 30 mars de 11h00 à 20h00, et dimanche de midi à 18h00 afin d’expliquer ma démarche artistique.

Sous quel format peut-on acheter vos photographies ?

Mes œuvres sont à vendre en éditions limitées. Je propose plusieurs formats et elles sont toutes imprimées sur du papier de haute qualité (Hahnemühle Fine Art Photo Baryta 315g), numérotées, signées et remises avec un certificat d’authenticité.

Je travaille aussi avec des galeries. D’ailleurs je présente deux photos sélectionnées par les art curators Mabille et Chaumette pour l’exposition Beyond Borders organise pour l’association Les enfants du Mékong qui aura lieu du 18 au 21 Mai, au loft 22.

Quels sont vos endroits de prédilection à Hong Kong ?

Je vis à Sai Ying Pun. L’ambiance y est un peu plus ‘locale’ sans être trop éloigné du quartier trendy de Sheung Wan. J’aime aussi Sham Shui Po pour son charme chaotique.

Un bar ? Salon 10 (à Central, sur Arbuthnot Road)

Un restaurant ? Man Mo Cafe (pour déguster des dim sum “fusion” à Sheung Wan

L’exposition est visible du 15 février jusqu’au 15 avril 2019
La liste des prix est disponible au Château Zoobeetle ou par mail.

@doucedivry
www.doucedivry.com

Douce d'Ivry
La photographe Douce d’Ivry