Hong Kong: 21 chauffeurs Uber arrêtés

Uber Hong Kong

La police hongkongaise a arrêté mardi 21 chauffeurs Uber accusés de transporter des passagers sans avoir la licence adéquate.

En dépit de sa grande popularité, le service de location de voitures avec chauffeur est confronté dans de nombreux pays à l’hostilité croissante des taxis.

Déjà, en mars, cinq chauffeurs Uber avaient été déclarés coupables de ne pas avoir les permis nécessaires au transport payant de passagers.

“La police est intervenue aujourd’hui, arrêtant 21 conducteurs, 20 hommes et une femme”, a déclaré aux journalistes Edwin Lau, porte-parole de la police hongkongaise.

Il a précisé que ce coup de filet était intervenu après plusieurs semaines d’opérations de prises de contact avec ces chauffeurs. Ces arrestations ont été effectuées pour des infractions aux exigences en matière de licence et d’assurances.

Un conflit oppose dans de nombreux pays les taxis traditionnels aux chauffeurs Uber dont la concurrence est jugée déloyale.

Les chauffeurs Uber ne sont pas tous des professionnels, ne paient pas les mêmes taxes que les taxis traditionnels, n’ont pas les mêmes astreintes en termes d’horaire de travail et pratiquent des tarifs moins onéreux (il y a eu une augmentation des prix en août 2017).

“Nous sommes très déçus par l’opération de police menée aujourd’hui”, a déclaré un porte-parole d’Uber. “Nous nous tenons au côté des 21 chauffeurs et de leur famille”.

“Le covoiturage ne devrait pas être un crime. Hong Kong est une ville internationale connue pour embrasser les tendances économiques mondiales et les nouvelles technologies, mais les régulations actuelles sur les transports ne sont pas en phase avec l’innovation”, a-t-il ajouté.

Il a affirmé que les assurances des chauffeurs Uber respectaient les lois locales.